Entre-mains

Entre mains, 2011-2014


«L’esprit fait la main, la main fait l’esprit» Henri Focillon, Éloge de la main.
Partant de l’idée que depuis l’origine de l’humanité, les gestes de la mains tout comme les expressions du visage peuvent être comprises de façon spontanée, j’ai entrepris une réflexion sur des mains-monde.
La main « organe des organes » selon Aristote est une main agissante, « il n’y aurait pas d’institutions sociales si la main de l’homme n’était pas ce qu’elle est, » (Henri Focillon) d’où, l’idée d’instaurer des dialogues entre mains dans l’horizontalité et la verticalité, deux concepts récurrents dans mes travaux. Des mains implorantes, spirituelles, porteuses de désespérance et d’espoir, ces mains-monde dans un dialogue horizontal introduisent des échanges, des complémentarités, ... La plupart des diptyques présentent une combinaison de mains monochrome et polychrome.
Sur le plan graphique ces mains-monde introduites dans une verticalité évoque une possibilité d’action et l’idée peut-être d’une autre dynamique.
Enfin, placé au centre, l’homme et ses univers se présente sans bras et sans mains pour accentuer leur nécessité mais aussi une forme d’impuissance. Serions-nous revenu à une forme de nature sans culture ?

« L’homme qui songe ne peut engendrer un art, ses mains sommeillent, l’art se fait avec les mains. Elles sont l’instrument de la création mais d’abord l’organe de la connaissance. » Henri Focillon

 

L'article de Sud-Ouest